Bernard Stiegler
© ENSAV LA CAMBRE
  UNDER THE RADAR
  BERNARD STIEGLER — Que peut l'art dans l'Anthropocène ?
Jeudi 7 décembre 2017 à 18h
LES CONFÉRENCES DE LA CAMBRE

BERNARD STIEGLER
Que peut l’art dans l’Anthropocène ?

à l'initiative de l'atelier Peinture et du CASO Arts numériques

Jeudi 7 décembre 2017 à 18h

Auditoire Léon Stynen
21 abbaye de La Cambre
1000 Bruxelles

Entrée libre

L’Anthropocène est plus que jamais devenu avec Donald Trump un état d’urgence absolue qui redessine toutes nos priorités et requalifie toutes nos critériologies, c’est à dire nos devoirs. Par ailleurs l’art, bien qu’intemporel sinon éternel, est précisément ce qui donne le temps en traversant toutes les époques. Mais il ne le peut qu’en s’inscrivant dans son époque.
Qu’est-ce qu’une époque cependant ?

Une époque est ce qui a résulté d’une bifurcation dont nous verrons qu’elle doit être conçue comme néguentropique, cependant que l’art est l’exercice le plus purement néguentropique que l’on puisse espérer. La néguentropie est ce qui lutte contre l’Anthropocène, parce qu’elle lutte contre l’entropie, et parce que l’Anthropocène est un Entropocène. L’art peut et doit mener une telle lutte.

Bernard Stiegler (1952) est philosophe. Il axe sa réflexion sur les enjeux des mutations actuelles — sociales, politiques, économiques, psychologiques — portées par le développement technologique et notamment les technologies numériques. Fondateur et président du groupe de réflexion philosophique Ars industrialis créé en 2005, il dirige également depuis avril 2006 l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) qu’il a créé au sein du Centre Pompidou à Paris.
  BIENVENUE
< Précédente | Suivante >