© ENSAV LA CAMBRE
  Espace urbain

Atelier de réflexion et d’action dans l’espace urbain, avec une double résonance (pratiques d’espace et temporalités urbaines), et une double effectuation (interventions in situ et images en situation). Les pratiques des étudiants sont principalement transdisciplinaires, et ont toujours des points d’application dans des situations réelles, sur le terrain (exemples de sites à Bruxelles : Flagey, Wiels, Cage aux Ours, Les Halles, La Roue, canal, …), ou fonctionnent « d’après » des situations réelles (fiction, documentaire, utopie, …). La dimension conceptuelle est primordiale, mais avec l’exigence d’une autonomie plastique et d’une hétéronomie du propos.
Au cours du bachelor (B1, B2, B3), en parallèle à des workshops (vidéo, installation, intervention, …), à des apprentissages divers (géométral, maquettes, prises de vues et de sons, exercices de mise en espace, investissements de lieux, …) et à des projets thématiques (villes surveillées, la foule, pratiques furtives, …), une ligne directrice passe de la compréhension des phénomènes urbains (cours spécifique en B1, cartographies subjectives, …), via une initiation aux relations art/architecture (rencontres et visites en B2), à l’appréhension de questions d’art public en B3 (finalité : participation à un concours ou à un appel à projet).
Une année préparatoire au master (APM) doit amener les étudiants arrivant en cours de cursus à assimiler les acquisitions spécifiques au premier cycle.
Au cours du master (M1, M2), sont développées des démarches fortement ancrées dans l’espace urbain, avec élaboration de langages personnels affirmés, par le biais d'une plate-forme d'échanges, avec pour objectif en M2 un travail de fin d’études relayé par un mémoire, nourri par un stage externe et, le cas échéant, par un CASO (cours artistique de soutien à l'option).

OBJECTIFS ET MOYENS
Les techniques de différents domaines sont abordées suivant les nécessités : dessin, peinture, sculpture, installation, assemblage, écriture, son, photographie, impression et communication, vidéo, multimédia, actions et performances, dans la mesure des possibilités et en liaison étroite avec les ressources humaines et techniques des différents pôles de l’école.

Les projets, propositions et réalisations visent à l’émancipation de démarches individuelles s’inscrivant dans l’évolution du monde contemporain. Les spécificités individuelles sont explorées par l’analyse, la réflexion et le débat, dans le but de structurer et d’affirmer les processus de recherche et de création. L’approche et la compréhension des situations spécifiques à chaque projet ont une place prépondérante : découverte et action sont deux exigences de base. L’acuité des recherches est favorisée, de la dimension la plus intime à la plus partagée. Le rapport du corps à l’espace et au temps est fondamental, de même que les connexions vivantes avec l’histoire de l’art et la pratique de l’esprit de découverte.

La représentation des projets est essentielle, par croquis, dessins, plans, maquettes, modèles, simulations et descriptions diverses. La présentation de ces projets peut impliquer la réalisation de dossiers de synthèse en complément des supports exposables ou diffusables.

Des travaux cadrés dans le temps et en fonction de lieux ou de sites particuliers sont proposés dans le courant de l’année (participation à des concours, stages, interventions sur sites, projets thématiques à durée limitée), parallèlement aux projets libres.

La proportion de projets proposés par les étudiant(e)s augmente de la première à la quatrième année. La cinquième année est réservée au développement du Travail artistique de Fin d’Etudes (TAFE) en connexion étroite avec un stage externe et un mémoire.

Champs de référence et d’investigation : actualité de l’art et de l’architecture contemporains, théories et techniques de la perception, évolution des moyens de représentation et de communication, perception kinesthésique de l’espace et des lieux, rencontres et voyages, actualité socio-politique et évolution de la pensée contemporaine, compréhension des phénomènes naturels et artificiels, espaces de la parole, de l’écoute et du geste, perception et décryptage des échelles et des réseaux, du visible et de l’invisible. Contacts utiles au développement des projets, connaissance des matériaux, recherches d’informations pratiques, techniques de repérage, de mesurage, d’orientation, investigations in situ, observation & notation, terminologie...

Moyens d’expression : techniques de conception et de présentation du projet, modalités d’intervention in situ (de l’exposition à l’agencement urbain), représentations libres ou conventionnelles de l’espace et du temps en fonction des contenus des projets, techniques plastiques et constructives de base (maquettes, modèles et prototypes, réels ou virtuels), transferts et transcriptions de tous types.

Raymond Balau, professeur, responsable d'option

Ci-annexés :
- le profil d'enseignement — Premier cycle, exprimé en Unités d'enseignement
- le profil d'enseignement — Second cycle, exprimé en Unités d'enseignement
- les grilles de cours 2e cycle 2015/2016
- les fiches relatives au cours artistique de l'option M1 et M2
- la fiche relative au stage interne