Stylisme et création de mode

L’atelier de Stylisme et Création de Mode[s] propose une formation qui s’articule autour des deux axes principaux de son intitulé. Le stylisme répond à une exigence précise dans un contexte donné. Il se fond dans une stratégie de marque sous tous ses aspects  : produit, communication, distribution, recherche poussée, etc. Les compétences culturelles, sociales, esthétiques et techniques alliées aux facultés d’analyse, de justesse de perception et de communication sont les atouts du styliste placé au centre de l’entreprise. La création de mode[s], moins déterminée par la logique économique, développe une écriture plus personnelle et innovante. Ces deux disciplines ont en commun la mise en exergue du corps à travers l’utilisation de volumes, d’images, de couleurs et de matières : elles étudient toutes les facettes de la mode en tant que forme d’expression contemporaine.

A travers des exercices et des projets spécifiques, l’étudiant est amené à travailler sur des énoncés concrets et à développer, au fil des collections, une écriture toujours plus personnelle. Par ses investigations, il est inéluctablement confronté à un langage complexe et riche en signes, qu’il doit apprendre à décrypter à la lumière de son contexte socioculturel. C’est dans cette démarche qu’il puise les éléments qui lui permettent de développer un style personnel et innovateur. Outre une solide connaissance de l’actualité de la mode, une bonne culture générale en matière d’art, d’histoire, de littérature et de cinéma ainsi qu’une grande ouverture d’esprit et une curiosité sans bornes lui seront indispensables.

La pédagogie de l’atelier met l’accent sur un certain nombre de fondamentaux :

  • observation du corps et construction de volumes ;
  • approche créative : recherche personnelle à travers l’analyse de textes, d’images et ensuite développement de thèmes, de concepts de collection, composition d’une gamme de couleurs et réalisation d’un dossier personnel ;
  • élaboration de volumes à travers des techniques de moulage, de patronage, de maille etc. ainsi que travail des matières par diverses techniques, notamment la sérigraphie ;
  • construction d’une collection cohérente à travers le dessin de silhouettes, la mise au point de toiles, le choix des matières, la réalisation de prototypes dans leur forme définitive ;
  • finalisation de la collection par l’accessoirisation, le stylisme photo, le casting et le choix de la mise en scène pour les divers modes de présentation (installation, défilé, performances, montage vidéo …).

Au premier cycle, à côté de la formation de tronc commun, l’étudiant est amené à travailler sur des énoncés concrets, à se constituer un vocabulaire technique en coupe, en couture, en manipulation et ennoblissement des textiles, en dessin de silhouettes, en graphisme, etc. et à développer au fil des projets une écriture toujours plus personnelle. C’est également au cours du premier cycle qu’il acquiert la notion de collection et qu’il effectue deux stages externes dans une maison de couture ou chez un créateur.

Le second cycle est le cadre de l’aboutissement d’un long processus de maturation et d’osmose entre créativité et acquis techniques. L’étudiant doit pouvoir assumer pleinement ses choix créatifs. Il doit aussi être à même de les défendre à travers un argumentaire cohérent et une réalisation en parfaite adéquation. Il réalise deux stages de longue durée dans une maison de couture renommée ou chez un créateur à l’étranger. Son travail de fin d’études conclut un parcours d’au moins cinq ans passés au sein de l’atelier et constitue une véritable carte de visite auprès de la profession.

Coordination pédagogique :
Tony Delcampe, créateur de mode

prochain précédent
Stylisme 1
Mathieu Goose, Bachelier, Collection 2017 ©Pierre Debusschere
Stylisme 2
Marie Adam-Leenaerdt, Bachelier, Collection 2017 ©Pierre Debusschere
Stylisme 3
Clémence Gautier, Bachelier, Collection 2017 ©Pierre Debusschere
Stylisme 4
Cyril Bourez, Master, Collection 2017 ©Pierre Debusschere
Stylisme 5
Adèle Andréone, Master, Collection 2017 ©Pierre Debusschere